du Par l’équipe des Services ESG de NEI.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché des mesures de rétorsion rapides de la part de gouvernements, de gestionnaires de placements et de sociétés du monde entier qui cherchent à mettre en oeuvre et à soutenir des sanctions paralysantes.

Note de l’éditeur : Cet article a d’abord été publié dans notre rapport sur la propriété active du première trimestre 2022.

Le 7 mars, NEI a annoncé que nous nous étions engagés à vendre des participations dans des sociétés domiciliées en Russie, dont le nombre était alors déjà négligeable, tout en mettant en place un moratoire sur l’achat de nouveaux titres. Nous nous sommes également engagés à entamer le dialogue avec les sociétés exerçant des activités ou ayant des intérêts économiques en Russie pour les inciter à interrompre leurs affaires ou à y mettre fin. Pour plus de détails, voir le communiqué de presse.

Sur ce dernier point, nous avons fait de solides progrès dans le cadre de notre évaluation initiale des mesures prises ou prévues par les sociétés de nos fonds. Le tableau ci-après présente un sommaire des résultats au 31 mars. Dans le cadre de notre examen et de notre communication initiale, nous avons d’abord priorisé les sociétés qui constituent nos placements les plus importants. Nous avons évalué dans quelle mesure leur réaction concordait avec les sanctions internationales et les attentes en matière de droits de la personne. Dans le cas des sociétés qui n’avaient pas divulgué publiquement leur plan d’action, nous leur avons demandé quels étaient leurs plans à court terme. Lorsqu’il était difficile de savoir si une société était exposée à la Russie ou à l’Ukraine, nous l’avons contactée pour évaluer cette exposition. En ce qui concerne les institutions financières en particulier, nous avons cherché à savoir si elles communiquent avec leurs clients et de quelle façon elles le font, et dans quelle mesure le conflit pourrait les amener à améliorer leur approche en matière d’évaluation du risque pays.

 

Nombre de sociétés*

65 S’est vue adresser un courriel

40 A répondu au courriel

62% Taux de réponse

 

Conclusions initiales

  • Nous avons été heureux de constater que de nombreuses sociétés avaient fait part de leurs intentions de manière proactive, ce qui témoignait de leurs initiatives visant à se conformer aux sanctions internationales
  • Plusieurs sociétés ont répondu à notre demande initiale d’information, et une poignée de sociétés que nous n’avions jamais mobilisées directement auparavant ont proposé la tenue d’une rencontre afin d’approfondir le sujet
  • Bien que nous attendons toujours des réponses de la part de certaines sociétés, nous considérons que notre demande d’information n’a suscité aucune réaction défensive

L’un des éléments clés auxquels nous prêtons attention dans les réponses des sociétés est la compréhension des mesures qu’elles prennent et de la façon dont les considérations liées aux droits de la personne et aux droits du travail ont influé sur ces décisions. Par exemple, les sociétés ont-elles adopté un plan pour fournir un soutien financier aux réfugiés et aux employés dans les régions où celles-ci ont dû suspendre ou interrompre leurs activités?

Notre intention est d’aider les sociétés à répondre à cette question : « Quelles mesures peut entreprendre une société pour réagir à ce conflit de façon responsable tout en respectant les droits de la personne? » Nous devons agir rapidement, sans toutefois sacrifier le degré de réflexion et de collaboration requis pour composer avec ces circonstances complexes et difficiles.

 

* Au 31 mars 2022, le nombre total de sociétés mobilisées représentait environ 979,5 M$ de l’actif sous gestion des actions de NEI. Nous avons examiné si les sociétés avaient une exposition « directe » ou « indirecte » à la Russie, définie respectivement comme étant une présence physique et des ventes, des fournisseurs ou d’autres intérêts commerciaux dans le pays. Nous avons déterminé cette exposition en examinant l’information accessible au public ou en interrogeant directement les sociétés en question.

 Ce document est fourni à des fins éducatives et d’information uniquement et ne vise pas à apporter précisément des conseils financiers, fiscaux, de placement ou de toute autre nature. Les opinions exprimées aux présentes peuvent changer sans préavis, les marchés évoluant en permanence. L’information contenue aux présentes est considérée comme fiable, mais NEI ne garantit ni son exhaustivité ni son exactitude. Les opinions exprimées à l’égard d’une société, d’un titre, d’un secteur, ou d’un marché en particulier ne doivent pas être interprétées comme une intention de réaliser des opérations concernant un fonds géré par Placements NEI. Les énoncés prospectifs ne constituent pas des garanties concernant des rendements futurs et les résultats réels peuvent être substantiellement différents des prévisions en raison de risques et d’incertitudes. Il faut éviter de se fier indûment aux informations prospectives.

 Des commissions, commissions de suivi, frais de gestion et dépenses peuvent tous être associés à des investissements dans des fonds communs de placement. Veuillez consulter le prospectus avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur change fréquemment et le rendement antérieur peut ne pas être reproduit.

 Placements NEI est une marque de commerce déposée de Placements NordOuest & Éthiques S.E.C. (« NEI S.E.C. »). Placements NordOuest & Éthiques inc. est commanditée de NEI S.E.C.et filiale entièrement détenue par Patrimoine Aviso inc. (« Aviso »). Aviso est la seule commanditaire de NEI S.E.C. Aviso est une filiale à part entière de Commandité Patrimoine Aviso S.E.C., qui est elle-même.