1 Mai 2020

La diversité des approches d’IR fait en sorte qu’il est difficile de savoir réellement ce qui se cache derrière un fonds présenté comme « responsable ». En fait, ça n’est pas très différent de l’achat d’une voiture. On n’a jamais tort d’ouvrir le capot pour vérifier les caractéristiques du moteur.

L’incroyable engouement pour l’investissement responsable (IR) nécessite de bien comprendre tout simplement ce qui définit un «fonds responsable». Tout le monde s’entend sur le fait que l’investissement responsable constitue une démarche basée sur des considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), mais tout dépend comment les décisions de placement se prennent.

Les investisseurs associent souvent l’IR à l’exclusion d’un certain type de sociétés, comme celles ayant des activités liées au tabac, à l’armement, ou (plus récemment) au secteur gazier et pétrolier. L’expression «exempt de combustibles fossiles» répond d’ailleurs à une attente de plus en plus courante parmi les investisseurs. Pourquoi certains fonds IR continuent-ils d’investir dans des sociétés gazières et pétrolières?

Pour bien comprendre, il faut regarder au-delà des positions détenues en examinant ce qui s’est passé avant et après la décision d’investissement. Les quelques efforts à fournir éventuellement par les investisseurs (et par leurs conseillers) pour suivre la relation entre les gestionnaires et les sociétés dans lesquelles leurs fonds ont investi s’avèrent effectivement essentiels pour comprendre pleinement les effets exercés par un placement. L’IR ne vise pas seulement à récompenser les bons comportements. Il s’agit d’un catalyseur de changement.

Cette différence de niveau d’implication nécessite de la part des sociétés d’investissement une communication transparente sur la gestion de leurs stratégies IR. Il est effectivement plus facile de comprendre la différence que peuvent créer des placements lorsqu’on a accès à toute l’information. En d’autres termes, si vous ne parvenez pas à obtenir une explication claire sur la façon dont vos fonds IR sont gérés, il y a de bonnes chances que vos placements ne contribuent pas activement à susciter un changement positif dans le monde.

Un gestionnaire qui s’engage clairement en faveur de l’investissement responsable devrait s’appuyer sur:

  • Une philosophie clairement énoncée qui guide l’ensemble de ses activités d’IR;
  • Une politique IR exhaustive qui décrit précisément la mise en œuvre de cette philosophie;
  • Une communication régulière de ses progrès en matière d’IR, notamment par ses dialogues d’entreprise, son vote par procuration et ses actions politiques, de sorte que vos placements créent un impact qui dépasse largement la génération de rendements.

C’est exactement ce que nous faisons chez NEI. Dans certains de nos fonds, vous trouverez des sociétés pétrolières et gazières en vertu d’une philosophie selon laquelle la meilleure manière d’exercer une influence positive sur les entreprises consiste à détenir une part de leur capital, afin de pouvoir dialoguer avec leur équipe de direction. Nous utilisons également les droits conférés par le statut d’actionnaire pour influencer les dirigeants de ces sociétés, afin qu’ils améliorent leurs résultats en matière de risques ESG. À notre avis, il s’agit d’une approche plus responsable que de ne simplement plus investir dans le secteur, en espérant qu’un changement se produise quand même.

Pour savoir si un investissement responsable suscitera le type de changement auquel vous aspirez, vous devez regarder de près la démarche de son gestionnaire. Ouvrez le capot!